Médecine

Mise en commun de notes de cours…
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Introduction par JP Hornung

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nicolas
Étudiant motivé
avatar

Nombre de messages : 132
Localisation : dans ma cellule de moine
Date d'inscription : 10/02/2006

MessageSujet: Introduction par JP Hornung   Mar 2 Mai à 18:44

Système nerveux

La moelle épinière se trouve dans la colonne vertébrale. La partie supérieure est en contact avec le cerveau; il s'agit du tronc cérébral, qui est une structure donnant naissance à des nerfs, mais ayant une structure voisine de celle du cerveau. En-dessous du tronc cérébral, la moelle épinière présente un col, qui correspond au trou occipital par lequel la moelle doit passer.
Les nerfs issus de la moelle épinière sont appelés nerfs rachidiens ou nerfs spinaux. Ils participent à l'homéostasie en coordonnant le fonctionnement de manière efférente et afférente.
La structure organisée de la moelle épinière, présentant des nerfs qui sortent à des endroits précis, est un reflet de l'organisation segmentaire des vertèbres.
Il y a un nerf de plus qu'il n'y a de vertèbres; il s'agit du nerf C8, qui se trouve entre les vertèbres C7 et T1. Ceci fait que les nerfs cervicaux se trouvent au-dessus de leur vertèbre, alors que les autres se trouvent au-dessous.
La terminaison, appelée cône médullaire se trouve environ à la hauteur des premières lombaires; au-dessous se trouve ce que l'on appelle le filum terminal, qui ne contient plus de corps cellulaires,e t qui se prolonge par la queue de cheval.
La moelle épinière présente deux renflements, le renflement cervical et le renflement sacré. Ils correspondent au supplément de masse corporelle apporté par les membres.
Le système nerveux central est composé de substance grise, qui contient les corps cellulaires et les dendrites, et de substance blanche, qui contient les axones. Dans le cerveau, la substance grise se réunit en noyaux ou en cortex.
Les axones ne circulent que très peu dans la substance grise, et ont plutôt tendance à s'assembler pour former une "voie" dans la substance blanche. Il s'agit d'un assemblage d'axones suivant le même trajet.
Au centre de la moelle épinière se trouve la substance grise, qui forme les cornes. en périphérie se trouve la substance blanche.
La moelle épinière possède deux structures qui se suivent sur l'axe médian:
- la fissure médiane ventrale est une séparation physique laissant un petit espace entre les deux moitiés; elle n'est en contact qu'avec la substance blanche.
- le sillon médian dorsal est une ligne qui ne correspond pas à une frontière physique, qui coupe la matière blanche sur toute sa longueur et entre en contact avec la substance grise sans la couper.
La substance grise forme trois cornes:
- la corne ventrale (motrice)
- la corne latérale (sympathique; présente uniquement au niveau thoracique)
- la corne dorsale (sensorielle)
La substance blanche est elle aussi structurée en trois parties, appelées cordons:
- le cordon antérieur se situe entre la fissure médiane ventrale et la corne ventrale
- le cordon latéral se situe entre la corne ventrale et la corne dorsale
- le cordon postérieur se situe entre la corne dorsale et le sillon médian dorsal
Depuis la moelle épinière, il y a deux voies d'entrée, les deux racines postérieures, et deux voies de sortie, les deux racines antérieures. Tout ce qui est sensoriel et afférent est traité par la racine dorsale; tout ce qui est moteur, sympathique, et plus généralement efférent est traité par la racine ventrale.
La réunion des deux racines forme un nerf rachidien, qui se divise immédiatement en deux branches, le rameau dorsal et le rameau ventral. Tous les muscles et toute la peau du dos sont innervés par le rameau dorsal; tout le reste est innervé par le rameau ventral, qui, d'ailleurs, a une section bien plus importante.
Un nerf rachidien est donc un nerf mixte, alors qu'une racine est soit motrice soit sensorielle.
La constitution cellulaire diffère selon que la racine est motrice ou sensorielle:
- au niveau sensoriel, le corps cellulaire se trouve dans un ganglion rachidien, situé juste avant la fusion de la racine dorsale avec la racine ventrale. La partie périphérique du neurone se trouve ancrée dans une surface réceptrice, tandis que la partie centrale innerve la moelle épinière. Il n'y a donc qu'un seul corps cellulaire.
- tout ce qui concerne la motricité autonome se trouve dans la corne latérale, et sort par une racine ventrale.
- tout ce qui concerne l'activité motrice a son siège dans la corne ventrale, et sort par la racine ventrale.
Chaque nerf rachidien est composé par un filet radiculaire: il n'y a pas qu'une racine ventral et une racine dorsale par nerf, mais plusieurs, qui sortent en éventail et se réunissent.
Les méninges entourent la surface du système nerveux central. La plus interne est la pie-mère, un tissu très fin, solidement ancré par des jonctions avec les astrocytes. L'arachnoïde est plus externe, et elle est composée de deux parties:
- la partie lâche est la plus interne; elle est constituée de fibres acellulaires entre lesquelles circule le liquide céphalo-rachidien, ainsi que des veines et des artères.
- la partie dense est plus externe, en contact avec la dure-mère.
Enfin, le tissu méningé le plus externe est la dure-mère, une couche épaisse et solide, qui protège le système nerveux central et maintient sa cohésion.
Le cerveau flotte dans le liquide céphalo-rachidien, ce qui lui permet de ne pas trop ressentir les effets de son propre poids.
Les trois enveloppes se rencontrent, sous des formes assez proches, le long des nerfs:
- l'endonèvre est voisin de la pie-mère
- le périnèvre est voisin de l'arachnoïde
- l'épinèvre est voisin de la dure-mère
Dans la moelle épinière, la dure-mère n'est pas directement rattachée au squelette, mais à du tissu adipeux. Ce n'est pas le cas au niveau du cerveau, où la dure-mère fusionne étroitement avec le périoste.

Pour faire la distinction entre une section de moelle épinière cervicale, thoracique ou lombaire, plusieurs notions sont importantes:
- les renflements (cervical et lombaire) sont caractérisés par une augmentation de la substance grise uniquement
- les neurones innervant les parties distales se situent dans la partie latérale de la corne ventrale; ceux qui innervent les parties proximales dans la partie médiale. Ceci fait que les parties cervicales et lombaires ont plus de substance grise latérale que la partie thoracique.
- les cornes latérales innervent le système nerveux autonome; elles ne se rencontrent qu'au niveau thoracique.
- l'information sensorielle transite par le cordon dorsal; l'information motrice par le cordon ventral. Il y a donc plus de substance blanche au niveau crânial que caudal. Il y a donc plus de substance blanche au niveau crânial que caudal.
Ce que l'on appelle chaîne sympathique latérale est une structure placée latéralement par rapport au corps vertébral, et qui relie les connexions sympathiques.
La moelle épinière grandit moins que les vertèbres; l'évolution n'est commune que jusqu'au troisième mois in utero. À trois ans déjà, le cône médullaire se situe à la hauteur de la vertèbre L3. À l'âge adulte, le cône médullaire se situe entre T12 et L2, avec, chez une majorité des sujets, une terminaison en L1.
Les ponctions de liquide céphalo-rachidien se font donc en-dessous de L2, principalement entre L3 et L4 chez l'adulte. Dans la queue de cheval, les racines s'écartent pour laisser passer l'aiguille, et la probabilité de léser un nerf est très faible.
à la différence des fibres motrices, qui n'innervent que du tissu nerveux, les fibres sensorielles peuvent avoir plusieurs modalités:
- peau: toucher, douleur, température
- récepteurs musculaires
- récepteurs tendineux
C'est aussi le cas pour les fibres sympathiques du système nerveux autonome, qui peuvent innerver des glandes ou du tissu musculaire lisse (ou des poils).

Le plexus brachial se situe en-dessous du plexus cervical, qui innerve les muscles du cou et de la base de la tête à partir des nerfs C1 à C4. Le plexus brachial utilise quant à lui les nerfs C5 à T1, qui sont réarrangés pour constituer les sept nerfs du bras:
- le nerf cutané du bras
- le nerf cutané de l'avant-bras
- le nerf ulnaire
- le nerf radial
- le nerf médian
- le nerf axillaire
- le nerf musculo-cutané
Le plexus s'organise à très petite distance de l'artère subclaviaire. On recense trois troncs:
- antéro-médial
- antéro-latéral
- postérieur
Le tronc postérieur forme le nerf radial et le nerf axillaire, qui innervent la loge postérieure du bras et de l'avant-bras.
Le nerf musculo-cutané est issu du tronc antéro-latéral et innerve la loge antérieure du bras.
Le nerf médian est issu des troncs antéro-latéral et antéro-médial, et il innerve la loge antérieure de l'avant-bras et les muscles thénars (latéraux) de la main.
Le nerf ulnaire est issu du tronc antéro-médial, et il innerve la loge antérieure du bras et les muscles médiaux (hypothénars) de la main.

Le plexus lombo-sacré peut être divisé en deux parties:
- le plexus lombaire (L1 à L4)
- le plexus sacré (L4 à S5)
Le plexus lombaire est à l'origine du:
- nerf subcostal
- nerf ilio-hypogastrique
- nerf ilio-inguinal
- nerf cutané latéral de la cuisse
- nerf génito-fémoral
- nerf fémoral
- nerf obturateur
Le plexus sacré donne naissance au:
- nerf cutané postérieur de la cuisse
- nerf sciatique
- nerf honteux
L'innervation des muscles de la cuisse se fait par:
- le nerf sciatique, qui innerve la région fessière et la loge postérieure de la cuisse
- le nerf tibial est issu de la division du nerf sciatique: il innerve la loge postérieure de la jambe et les parties médiales et latérales du pied
- le nerf péronier superficiel est issu du nerf sciatique: il innerve la loge latérale de la jambe et la loge dorsale du pied
- le nerf péronier profond est issu du nerf sciatique: il innerve la loge antérieure de la jambe et la loge dorsale du pied
- le nerf fémoral innerve la loge antérieure de la cuisse
- le nerf obturateur innerve la loge médiale de la cuisse

Le dermatome est une unité anatomique qui reflète l'origine embryologique de la formation des nerfs. Si tous les axones d'un segment sont marqués, toute une bande du corps sera marquée. Ceci provient du fait que les nerfs issus d'un segment innervent un territoire défini. Ceci s'observe particulièrement bien dans certains cas pathologiques, comme le zona: on observe des éruptions cutanées en bandes, qui sont le reflet du dermatome.
Les territoires de nerfs donnés issus d'un plexus constituent un autre type de distribution à la surface de la peau. On observe donc des différences selon l'emplacement des lésions: si le territoire atteint est un dermatome, la région lésée doit être un segment. Si au contraire le territoire lésé est localisé différemment et touche plusieurs dermatomes, sans couvrir toute l'étendue d'un, il est plus probable que ce soit un nerf issu d'un plexus qui soit lésé.
Le dermatome, en position anatomique, n'est pas clairement compréhensible, car les membres présentent une striation différente du tronc. Pour mieux le comprendre, la meilleure position est penché en avant, les bras pendants, la bouche en avant et l'anus en arrière: à ce moment-là, les dermatomes forment des striations régulières, en lien direct avec l'organisation segmentaire foetale. Ceci pousse donc à dire que nous avons évolué à partir de cette position.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://medecine.naturalforum.net
 
Introduction par JP Hornung
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vulgarisation 5 - Introduction au génie génétique
» (Remy Chauvin) Introduction à certaines choses que je ne m'explique pas
» Introduction à la TCC
» Introduction aux pierres et cristaux
» [Info] Introduction et base du pendule.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Médecine :: Archives :: Module 4 (2005-2006) :: Système nerveux-
Sauter vers: