Médecine

Mise en commun de notes de cours…
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Notes de cours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nicolas
Étudiant motivé
avatar

Nombre de messages : 132
Localisation : dans ma cellule de moine
Date d'inscription : 10/02/2006

MessageSujet: Notes de cours   Mar 7 Mar à 18:19

1. Calendrier du développement
Le développement commence dès la fécondation, et se termine à la fin de la puberté, c'est-à-dire vers 25 ans environ.
Les 8 premières semaines sont appelées "phase embryonnaire", les 7 mois suivants "phase foetale". La phase embryonnaire comprend l'organogenèse (différenciation des organes) et la morphogenèse (mise en place de l'anatomie de l'individu), la phase foetale la croissance de l'individu et la maturation de ses organes.
Le développement n'est ni minuté ni strictement synchrone, il peut y avoir des différences de durée et de petits décalages entre la genèse de certains organes.
Lors de la puberté, les organes sexuels se développent de manière plus spécifique et sont dès lors en mesure d'assurer leur fonction; le système nerveux se développe aussi.
Les malformations dites "congénitales" se rencontrent pendant la période prénatale. Pendant les deux premières semaines, toute survenue de malformation est abortive; pendant le reste de la phase embryonnaire, la fréquence de malformation est élevée, mais les individus formés restent viables. Ce taux diminue petit-à-petit durant la phase foetale. Le taux de malformations viables est donc particulièrement élevé entre trois et huit semaines.
Les malformations primaires sont dues à des défauts génétiques; il peut s'agir de spina bifida, de bec de lièvre, de malformation cardiaque congénitale, etc. Elles sont dues à des génopathies (mutations géniques), des anomalies chromosomiques (nombre ou structure des chromosomes), ou peuvent être multifactorielles (impliquent plusieurs gènes, et sont associées à des facteurs environnementaux)
Les malformations secondaires sont dues aux interférences de facteurs tératogènes sur des individus normaux. Il peut s'agir:
- d'agents infectieux: rubéole, cytomégalovirus, toxoplasmose, etc;
- de produits chimiques (hormones, médicaments): thalidomide, warfarine, chloroquine, etc;
- d'agents physiques, comme les radiations ionisantes;
- d'autres facteurs: diabète maternel, phénylcétonurie maternelle, etc.


Dernière édition par le Dim 12 Mar à 17:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://medecine.naturalforum.net
Nicolas
Étudiant motivé
avatar

Nombre de messages : 132
Localisation : dans ma cellule de moine
Date d'inscription : 10/02/2006

MessageSujet: Re: Notes de cours   Mar 7 Mar à 18:20

2. Déterminisme sexuel
Le dimorphisme sexuel est fondamental pour la reproduction future de l'individu. Il est assuré par des facteurs génétiques et hormonaux.
Les chromosomes déclenchent, entre 3 et 12 semaines après la fécondation, la différenciation sexuelle primaire, qui développe les gonades. Celles-ci produisent des hormones: chez l'homme, il s'agit des androgènes et du FAM (facteur anti-Müllerien); chez la femme des oestrogènes. Ces hormones induisent la différenciation sexuelle secondaire, qui fait apparaître le phénotype.
Dès 4 semaines environ, on distingue les cellules germinales primordiales, qui se trouvent au niveau de la membrane du sac vitellin, c'est-à-dire à l'extérieur de l'embryon. Elles migrent vers la partie postérieure de l'embryon aux alentours de la cinquième semaine, et s'ancrent vers la Xème vertèbre pour former les crêtes germinales.
Le tissu épithélial des crêtes germinales prolifère et s'organise.
Chez l'homme, la partie médullaire (moyenne) entoure les cellules germinales et forme les cordons sexuels médullaires, composés des cellules de Sertoli et de Leydig.
Chez la femme, la partie corticale du tissu épithélial entoure les cellules germinales et forme les cordons sexuels corticaux, qui constitueront ensuite les cellules folliculaires.
L'épithélium coelomique et les cellules mésonéphrotiques sont indifférenciées avant la migration des cellules germinales.
Les gonocytes (cellules sexuelles), associés aux cellules mésonéphrotiques et à l'épithélium coelomique, forment les organes génitaux. Les gonocytes se différencient en spermatogonies chez les mâles et en ovogonies chez les femelles. Les cellules mésonéphrotiques et l'épithélium coelomique forment les follicules féminins et les tubes séminifères masculins.
Au niveau des voies génitales:
- chez l'homme, les canaux de Wolff sont activés par la testostérone, et les canaux de Müller régressent à cause du FAM.
- Chez la femme, les canaux de Wolff ne sont pas activés par la testostérone et dégénèrent, tandis que les canaux de Müller demeurent et se développent.
Sur le bras court du chromosome Y se trouve le gène SRY (Sex-determining Region of the Y chromosome). Il s'agit du principal responsable des caractéristiques masculines: sans SRY, le phénotype est féminin; avec, il est masculin. SRY n'est cependant pas suffisant pour développer les testicules: il est lié à des gènes des autosomes ou des gènes du chromosome X.
Certains mâles XX ne possèdent pas le gène SRY; l'expression d'autres gènes localisés sur les chromosomes X ou sur les autosomes suffisent à induire un phénotype masculin.
Jusqu'à 7 semaines, les gonades sont indifférenciées; ensuite, chez l'homme, les cellules de Sertoli produisent l'hormone anti-Müllerienne (FAM), ce qui fait régresser les canaux de Müller. Les cellules de Leydig produisent la testostérone, qui différencient les canaux de Wolff en épididyme, canal déférent et vésicule séminale. Chez la femme, les cellules de la granulosa et de la thèque produisent les oestrogènes, ce qui développe les glandes mammaires, l'utérus, l'oviducte, le canal cervical et le vagin supérieur. L'absence de testostérone fait régresser le canal de Wolff.
La gamétogenèse est une division cellulaire suivie d'une maturation, c'est-à-dire des mitoses suivies d'une méiose et d'une différenciation.
Chez le mâle, les spermatogonies sont les cellules de base; la différenciation commence à la puberté, par des mitoses qui produisent des spermatocytes I. Cette étape dure 16 jours environ. La méiose I dure environ 8 jours et génère des spermatocytes II; ces derniers entrent en méiose II, qui dure 16 jours, et forme des spermatides. Les spermatides sont maturées en spermatozoïdes; cette dernière phase dure 24 jours. L'ensemble de la différenciation dure donc 64 jours environ. La spermatogenèse a lieu de la puberté à la mort.
Chez la femelle, les ovogonies subissent des mitoses, qui forment un stock d'ovocytes I. Les mitoses cessent à la naissance, et les ovocytes I demeurent bloqués au stade dictyé de la méiose jusqu'à la puberté. Dès cette période, à chaque ovulation, un ovocyte I achève sa méiose I et entame sa méiose II, qu'il stoppe en métaphase. La fécondation de l'ovocyte II lui permet de terminer sa méiose II et de maturer pour devenir un ovule. Ce mécanisme dure jusqu'à la ménopause.
Chez le mâle, la division méiotique est égale; chez la femelle, elle est inégale.


Dernière édition par le Dim 12 Mar à 17:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://medecine.naturalforum.net
Nicolas
Étudiant motivé
avatar

Nombre de messages : 132
Localisation : dans ma cellule de moine
Date d'inscription : 10/02/2006

MessageSujet: Re: Notes de cours   Mar 7 Mar à 18:20

3. Fécondation: formation du zygote
Le spermatozoïde est composé de trois parties: la tête, qui contient le noyau et l'acrosome, le corps intermédiaire riche en mitochondries, et la queue composée de microtubules.
Une éjaculation libère 100 millions de spermatozoïdes. Une centaine seulement arrivent dans les trompes utérines; ils subissent la capacitation dans les voies génitales féminines, ce qui les rend mobiles. Ils arrivent ensuite à proximité de l'ovule et entrent en contact avec la corona radiata. La protéine ZP3, présente sur cette surface, provoque la réaction acrosomiale, qui libère le contenu de l'acrosome.
La réaction acrosomiale permet l'entrée en contact du ZP2 et de protéines de l'acrosome. Cette liaison est spécifique à l'espèce.
La pénétration du spermatozoïde qui s'ensuit provoque l'exocytose des granules corticaux, ce qui rend la zone pellucide imperméable aux spermatozoïdes. Elle provoque aussi la seconde division méiotique de l'ovocyte.
La première mitose a lieu dès que les pronuclei entrent en contact. Le matériel génétique est alors mis en commun. Le premier noyau est formé une douzaine d'heures après la pénétration du spermatozoïde; douze heures plus tard, il y a déjà deux cellules. contenant chacune leur noyau.
Chez les mammifères, les pronuclei mâles et femelles sont différents; on ne peut pas faire un individu à l'aide de deux pronuclei mâles ou de deux pronuclei femelles: les individus formés ne se développent que très temporairement. Ils forment rapidement une "môle hydatiforme": seul le tissu extra-embryonnaire se développe. Ceci est dû au "Genomic Imprinting" (empreinte génétique): les deux allèles de certains gènes sont exprimés différemment selon que leur origine est maternelle ou paternelle. Ainsi, seule l'allèle masculine du facteur IGFII (facteur de croissance) permet d'exprimer le facteur; seule l'allèle féminine du récepteur à IGFII permet de le développer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://medecine.naturalforum.net
Nicolas
Étudiant motivé
avatar

Nombre de messages : 132
Localisation : dans ma cellule de moine
Date d'inscription : 10/02/2006

MessageSujet: Re: Notes de cours   Mar 7 Mar à 18:21

4. 1ère semaine de développement embryonnaire
24 heures après la fécondation, on trouve deux cellules; après deux jours, 4 cellules; après trois jours, 8 cellules. Au quatrième jour, le zygote compte une trentaine de cellules et présente l'aspect d'une mûre; on parle de morula. Au cinquième jour, le zygote s'est encore divisé et forme le blastocyste. Pendant toute cette période, le diamètre de l'embryon ne change pas, car il n'y a pas de croissance cellulaire.
Aux alentours du sixième jour, le blastocyste éclôt, ce qui le libère de la membrane pellucide. Il achève sa migration, qui avait commencé dans les trompes utérines, et s'ancre dans la paroi de l'utérus, dans laquelle certaines cellules du trophoblaste prolifèrent. Les cellules maternelles produisent alors des facteurs de croissance, tandis que le blastocyste produit la gonadotrophine coelomique humaine, ce qui empêche la desquamation de l'utérus, qui aurait lieu lors du cycle menstruel normal.
Le blastocyste a, entre-temps, subi une précompaction et une compaction, ce qui permet de différencier deux couches de cellules: les cellules externes sont polarisées et les cellules internes apolaires. Toutes sont liées par des jonctions serrées. Les cellules externes forment le trophectoblaste, qui constitue les annexes embryonnaires; les cellules internes forment l'embryon proprement dit.
Le processus suivant est la cavitation: une cavité se forme entre les cellules et se remplit de liquide. Il s'agit de la vésicule vitelline.
L'implantation normale se fait au niveau de la paroi postéro-supérieure du corps utérin. Les anomalies d'implantation sont appelées "grossesses ectopiques"; elles surviennent dans ~2.5% des cas. L'ovule peut alors rester dans les trompes, migrer dans l'ovaire ou dans une anse intestinale; dans ces cas-ci, l'avortement est spontané. Il peut encore migrer jusqu'au col de l'utérus: on parle alors de "placenta praevia": la grossesse est possible, mais la césarienne est obligatoire.


Dernière édition par le Dim 12 Mar à 17:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://medecine.naturalforum.net
Nicolas
Étudiant motivé
avatar

Nombre de messages : 132
Localisation : dans ma cellule de moine
Date d'inscription : 10/02/2006

MessageSujet: Re: Notes de cours   Mar 7 Mar à 18:21

5. Modifications expérimentales du génome
Les modifications expérimentales du génome peuvent être de deux types:
- inactivation d'un gène (knock-out)
- expression d'un gène exogène:
    - transgenèse classique
    - recombinaison homologue


Knock-out chez la souris:
1) récupération de la masse cellulaire interne du blastocyste (cellules totipotentes)
2) mise en culture
3) délétion d'un gène spécifique et introduction d'un gène de résistance à la néomycine
4) exposition des cellules à la néomycine: seules les cellules ayant subi la délétion correcte survivent
5) injection dans un blastocyste
6) injection des blastocystes dans l'utérus d'une femelle
7) formation de souris chimériques
8) si les souris chimériques ont des cellules mutées dans les gonades, elles donnent le gène muté à leur descendance. On peut donc les hybrider pour obtenir une souris homozygote pour un gène knock-out.

Expression d'un gène exogène chez la souris:
- Transgenèse classique (au hasard): injection du gène dans le pronucleus mâle d'un oeuf fertilisé, puis implantation. On ne sait pas où le gène va se fixer; il peut en outre interférer avec un autre gène.
- Transgenèse par recombinaison homologue: le gène artificiel contient un promoteur spécifique et est couplé à un gène de résistance à la néomycine. Il est incorporé spécifiquement dans un chromosome, qui est remis en place dans un blastocyste. Les cellules peuvent donc être "triées" par la néomycine. Par la suite, le mécanisme est semblable à celui du knock-out.


Dernière édition par le Dim 12 Mar à 17:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://medecine.naturalforum.net
Nicolas
Étudiant motivé
avatar

Nombre de messages : 132
Localisation : dans ma cellule de moine
Date d'inscription : 10/02/2006

MessageSujet: Re: Notes de cours   Mer 8 Mar à 23:20

6. 2ème semaine de développement embryonnaire
Pendant les jours 7 et 8, les cellules externes, qui constituaient le trophoblaste, s'ancrent et forment le "syncitiotrophoblaste" au pôle animal (celui où se trouve l'amas embryogène), tandis qu'elles sont désormais appelées "cytotrophoblaste" sur le reste de l'embryon. Les cellules internes sont divisées entre l'épiblaste (au pôle animal, en contact avec le syncitiotrophoblaste) et l'hypoblaste, en contact avec la vésicule vitelline.
Le neuvième jour, le syncitiotrophoblaste a colonisé tout le tour du zygote, et a donc recouvert le cytotrophoblaste. L'implantation dans l'endomètre est complète. Des espaces lacunaires s'ouvrent dans le syncitiotrophoblaste. L'hypoblaste prolifère et tapisse le cytotrophoblaste pour former la membrane de Heuser. La cavité amniotique se forme et se remplit de liquide. Les cellules qui la tapissent se différencient en amnioblastes.
Pendant les jours 10 à 12, le mésoblaste extra-embryonnaire se forme: le réticulum extra-embryonnaire apparaît d'abord entre la membrane de Heuser et le cytotrophoblaste, puis est recouvert, sur les deux faces, d'un feuillet de mésoblaste. Le réticulum devient alors un espace lacunaire, qui formera plus tard la cavité choriale.
À cette même période, les espaces lacunaires du syncitiotrophoblaste, qui s'étaient formés au jour 9, s'anastomosent avec les capillaires maternels et se remplissent de sang. Ceci forme les chambres intervilleuses.
Durant les jours 13 et 14, l'hypoblaste prolifère et produit l'entoblaste, qui tapisse la vésicule vitelline secondaire (définitive). La vésicule vitelline primaire disparaît. Le disque embryonnaire didermique, avec amnios dorsal et vésicule vitelline ventrale, est suspendu dans la cavité choriale par le pédicule embryonnaire. On parle de "bourgeon didermique", composé d'épiblaste et d'hypoblaste.
La circulation utéro-placentaire s'établit par l'arrivée des capillaires sinusoïdaux maternels, qui remplissent les cavités intervilleuses de sang. Ces cavités forment un réseau interconnecté tout autour du cytotrophoblaste; ce tissu forme des villosités (les villosités trophoblastiques primaires; 13ème jour) qui pénètrent dans les lacunes. Elles évoluent et maturent jusqu'à devenir des villosités choriales de 3ème ordre. Ces villosités garantissent un échange optimal entre les capillaires de l'embryon (issus du mésoblaste) et le sang de la mère. Cette organisation est complète au alentours de 20 jours.
La circulation utéro-placentaire dépend donc des villosités choriales, qui doivent en outre assurer la barrière placentaire. Celle-ci a pour but de ne pas permettre de diffusion de sang du placenta à l'utérus et réciproquement, mais de ne laisser passer que les gaz, les nutriments, les immunoglobulines et les déchets de l'embryon. À l'origine, ces molécules doivent passer à travers le syncitiotrophoblaste, le cytotrophoblaste, le tissu conjonctif et l'endothélium capillaire. Après le quatrième mois de grossesse, seuls demeurent le syncitiotrophoblaste et l'endothélium. Cet agencement a pour but d'empêcher la propagation de substances nocives de la mère à l'enfant.
La mise en place de la circulation sanguine se fait de manière synchronisée dans l'embryon, le mésoblaste extra-embryonnaire et dans la région utéro-placentaire. Le début de la circulation sanguine placentaire a lieu durant la quatrième semaine. Avant cela, dès 19 jours, des îlots sanguins se forment au centre du mésoblaste extra-embryonnaire, et forment les premières cellules sanguines. On rencontre aussi des îlots de cellules endothéliales à la périphérie du mésoblaste extra-embryonnaire, qui constitue les vaisseaux sanguins. Le coeur se développe aussi, et commence à battre aux alentours de la quatrième semaine.
La circulation intra-embryonnaire est reliée à la circulation extra-embryonnaire par les vaisseaux ombilicaux. Ceux-ci se prolongent pour former les vaisseaux choriaux et les capillaires des villosités, qui sont en contact avec les artères et veines utérines maternelles qui déversent le sang dans les chambres intervilleuses.
Le placenta est un organe transitoire constitué de tissus maternels (tissu de la caduque basiliaire) et foetaux (chorion foetal). Il assure les échanges de gaz, d'éléments nutritifs, de déchets et d'anticorps entre le sang maternel et foetal.
La "réaction déciduale" donne naissance à la caduque; c'est la caduque basiliaire qui assure la majeure partie du transport: elle est en contact avec le chorion chevelu (ou villeux). Les caduques pariétales et ovulaires et le chorion lisse n'ont que peu d'importance; plus tard dans le développement (3ème mois), l'amnios et le chorion fusionnent, et les caduques ovulaires et pariétales sont accolées.
Il existe deux cas de grossesses gémellaires:
- les jumeaux dizygotes (0.7 - 1% des naissances) proviennent de deux ovocytes différents produits lors du même cycle menstruel. Ils ont un patrimoine génétique différent, et ne sont pas liés lors de leur vie foetale.
- les jumeaux monozygotes (environ 0.3% des naissances) se forment par séparation d'un seul embryon. Si la séparation est très précoce (2 cellules), les deux zygotes s'ancrent séparément; ils ont donc un amnios, un chorion et un placenta séparés. Si la séparation a lieu au début du blastocyste, ce qui produit deux masses cellulaires internes, l'amnios est séparé, mais le chorion et le placenta sont communs. Enfin, si la séparation est plus tardive, et produit deux embryons à partir d'une seule masse cellulaire interne, l'amnios, le chorion et le placenta sont communs, et il existe des risques de division incomplète, causant des jumeaux conjoints (siamois). Ils peuvent alors être thoracopages, pygopages ou craniopages.


Dernière édition par le Dim 12 Mar à 17:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://medecine.naturalforum.net
Nicolas
Étudiant motivé
avatar

Nombre de messages : 132
Localisation : dans ma cellule de moine
Date d'inscription : 10/02/2006

MessageSujet: Re: Notes de cours   Mer 8 Mar à 23:21

7. 3ème semaine de développement embryonnaire
L'épiblaste est en contact avec la cavité amniotique et l'hyopblaste avec la vésicule vitelline. Les deux cavités sont entourées par le mésoblaste extra-embryonnaire.
Entre le 15ème et le 17ème jour se forme la ligne primitive. Elle détermine les trois axes fondamentaux du futur corps, c'est-à-dire:
- l'axe crânio-caudal
- l'axe de symétrie bilatérale (gauche/droite)
- l'axe ventral/dorsal
L'épiblaste forme la face dorsale de l'embryon et l'hypoblaste la face ventrale.
La ligne primitive est composée par le sillon primitif, la dépression primitive plus profonde et le noeud primitif, plus en relief, qui entoure la dépression primitive. Il s'agit d'une structure provisoire, qui disparaît à la fin de la 4ème semaine.
La gastrulation est un processus de prolifération, migration, invagination et pénétration de l'épiblaste, qui forme les trois feuillets embryonnaires : d'abord l'entoblaste (jours 14 et 15), puis le mésoblaste intra-embryonnaire (jour 16).
L'épiblaste forme l'entoblste par remplacement de l'hypoblaste: les cellules effectuent un déplacement latéral. L'entoblaste est à l'origine de l'intestin et de ses dérivés, différents organes viscéraux. Il forme ensuite le mésoblaste par invagination et migration entre l'épiblaste (futur ectoblaste) et l'entoblaste. Le mésoblaste est à l'origine du squelette, des muscles, du système cardio-vasculaire, du tissu conjonctif, etc. L'ectoblaste, situé à l'extérieur, donne naissance à la peau et au tissu nerveux.
Au cours de leur migration, les cellules mésoblastiques définissent des domaines différents, où elles forment des structures (cordons et feuillets) au devenir différent.
Le mésoblaste axial migre le long de l'axe formé par la ligne primitive, en prolongement du noeud primitif. Il se différencie en notochorde et en plaque préchordale, ce qui formera les vertèbres.
Le mésoblaste para-axial migre plus à l'extérieur et constitue les somites, qui se divisent en segments qui forment le squelette, les muscles et la peau du tronc.
Le mésoblaste intermédiaire est le précurseur du système urinaire.
Le mésoblaste de la lame latérale migre perpendiculairement à la ligne primitive. Il forme la splanchnopleure et la somatopleure.
En coupe transversale, le processus notochordal est central, il y a ensuite le mésoblaste para-axial, puis intermédiaire, et enfin les lames latérales.
Aux deux bouts de l'embryon se trouve un trou dans le tissu mésodermique, qui forme la membrane bucco-pharyngée à la tête (future bouche) et la membrane cloacale à l'extrémité caudale, qui forme l'anus.
Dès le 18ème jour, la plaque neurale apparaît: elle est constituée d'une épaisse colonne pluristratifiée de cellules épiblastiques. Il s'agit des cellules neuroépithéliales du neuroectoblaste. Les cellules prolifèrent et repoussent la ligne primitive vers l'extrémité caudale. Dès 20 jours, on peut reconnaître l'organisation du cerveau et de la moelle épinière.
La plaque neurale s'invagine dans le tissu mésodermique sous-jacent pour former le tube neural, qui est l'ancêtre du futur système nerveux central. Elle commence par former la gouttière neurale, qui s'invagine. Les cellules superficielles s'accolent pour former un tube, qui se détache de l'ectoblaste superficiel.
Les cellules de la crête neurale entourent le tube neural et forment le système périphérique, principalement les ganglions.
En même temps que la plaque neurale se forme et s'invagine, l'embryon s'allonge et s'infléchit en direction ventrale pour former un "C".
Le neuropore rostral, qui est l'extrémité rostrale du tube neural, se ferme au 24ème jour, et le pore caudal au 26ème jour. Dès lors, le système nerveux est enfoui dans l'organisme.


Dernière édition par le Dim 12 Mar à 17:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://medecine.naturalforum.net
Nicolas
Étudiant motivé
avatar

Nombre de messages : 132
Localisation : dans ma cellule de moine
Date d'inscription : 10/02/2006

MessageSujet: Re: Notes de cours   Mer 8 Mar à 23:21

8. 4ème semaine de développement embryonnaire
Les cordons du mésoblaste para-axial s'organisent en 37 paires de somites, qui établissent l’organisation segmentaire du corps. Chaque somite se subdivise en 3 types d’ébauches:
- le sclérotome constitue les vertèbres (jour 28)
- le myotome forme la musculature segmentaire (jours 40-50)
- le dermatome constitue le derme segmentaire.
Le sclérotome entre en contact avec le tube neural et la notochorde, les entoure et forme les arcs et les corps vertébraux.
Dans le même temps, tout l'embryon s'infléchit pour former une structure plutôt tubulaire à partir de ce qui était le disque tridermique. L'ectoderme entoure tout l'embryon. Sous sa surface se trouve le mésoderme, et l'endoderme à l'intérieur, qui contient le coelome intra-embryonnaire.
La somatopleure et la splanchnopleure, qui étaient externes, sont enveloppés par le recouvrement de l'ectoderme; une partie se sépare de l'embryon avec le coelome extra-embryonnaire; l'autre forme les membranes qui entourent le coelome intra-embryonnaire, dès lors situé dans l'endoderme. Ils deviennent alors des membranes séreuses.
Aux alentours du 30ème jour, le sclérotome (somite) donne naissance aux corps et axes vertébraux; le dermato-myotome, d'abord indifférencié, s'individualise en dermatome et myotome. Aux alentours du 50ème jour, le dermatome a migré en surface, et le myotome s'est divisé en deux familles de cellules:
- les épimères forment les muscles érecteurs du rachis et les transverses épineux.
- les hypomères migrent ventralement pour former les muscles hypoaxiaux et le muscle droit de l'abdomen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://medecine.naturalforum.net
Nicolas
Étudiant motivé
avatar

Nombre de messages : 132
Localisation : dans ma cellule de moine
Date d'inscription : 10/02/2006

MessageSujet: Re: Notes de cours   Ven 10 Mar à 20:36

9. Développement précoce du système nerveux
La plaque neurale se forme durant la 3ème semaine de développement; elle apparaît crânialement et migre en direction caudale. Dès le 20ème jour, on distingue l'organisation du cerveau et de la moelle épinière. La prolifération est beaucoup plus grande du côté crânial: on y observe deux parties larges, antérieures et postérieures, séparées par une partie médiane plus fine.
Le tissu mésoblastique sous-jacent a une grande importance dans la formation de la plaque neurale.
La tendance naturelle des cellules ectodermiques à former des cellules neurales est inhibée par BMP (Bone Morphogenetic Protein), elle-même inhibée par les FGFs et par la notochorde, qui produit la chordine, la noggine et d'autres inhibiteurs du BMP.
Au jour 21 se forme la gouttière neurale. Dès le 23ème jour, la gouttière se ferme, ce qui forme le tube neural. D'autres cellules neurales ne forment pas le tube neural, mais en sont séparées; elles forment la crête neurale, dont la destinée est de former le système nerveux périphérique.
Plus tard, on peut distinguer, au sein du tube neural, la zone ventriculaire, qui est interne, et la zone manteau, externe. À l'extérieur se trouve toujours la crête neurale, qui se développe et migre pour former deux colonnes de cellules de part et d'autre du tube neural.
La zone ventriculaire du tube neural est à l'origine des neurones, des astrocytes, des oligodendrocytes, des cellules épendymaires et des cellules épithéliales du plexus choroîde.
Les dérivés de la crête neurale peuvent être classés en deux catégories:
- certains forment le système nerveux:
- Neurones du SNP
- Cellules de Schwann
- Cellules satellites des ganglions
- Pie-mère
- Arachnoïde
- certains forment d'autres types cellulaires:
- Derme, hypoderme de la face et du cou
- Odontoblastes
- Mélanocytes
- Medulla de la glande surrénale
- Cartilages des arcs pharyngiens
- etc…
Les malformations dues à des défauts de fermeture du tube neural sont:
- anencéphalie: absence de fermeture du neuropore antérieur
- spina bifida: défaut de fermeture du neuropore postérieur. Peut être plus ou moins grave:
- spina bifida occulta: le neuropore n'est pas fermé; l'arc vertébral est incomplet. L'absence de fermeture ne touche cependant qu'une seule vertèbre. Rien n'est visible depuis l'extérieur, si ce n'est une touffe de cheveux. Les conséquences ne sont pas très graves.
- spina bifida aperta (ou méningocèle): le canal est ouvert par la suite d'un arc vertébral incomplet; plusieurs arcs vertébraux sont incomplets. Les méninges sortent des vertèbres et forment le méningocèle. L'espace sub-arachnoïdien contient du liquide cérébro-spinal.
- méningo-myocèle: la moelle épinière sort elle aussi. Très grave
- méningo-encéphalocèle: au niveau crânial, la moelle sort de son enveloppe osseuse.
- crânioschisis: les tissus ne se différencient pas et restent à la surface. La formation de la boïte crânienne n'a pas lieu. Mort à la naissance.
- rachischisis: le tissu de la moelle épinière ne se différencie pas; très graves défauts fonctionnels.
- mégacôlon (maladie de Hirschprung): une partie du côlon est très dilatée et l'autre très contractée: l'absence de migration des cellules du SNP empêche la mise en place du péristaltisme: une partie est trop contractée, tandis que l'autre est dilatée par l'accumulation de liquides à l'intérieur.
Dès la quatrième semaine, quatre régions composent le système nerveux central (dans les paragraphes suivants, les structures sont énumérées des plus crâniales aux plus caudales):
- le prosencéphale
- le mésencéphale
- le rhombencéphale
- le tube neural
À la 5ème semaine, le prosencéphale s'est différencié en télencéphale crânial et en diencéphale caudal, le mésencéphale n'a pas évolué, le rhombencéphale s'est différencié en métencéphale crânial et en myélencéphale caudal. Le tube neural n'a pas évolué.
Le télencéphale donne plus tard naissance au deux hémisphères cérébraux, le diencéphale au thalamus et à l'hypothalamus, le mésencéphale au tronc cérébral, le métencéphaleau pont et au cervelet du tronc cérébral, le myélencéphale au bulbe du tronc cérébral, et le tube neural à la moelle épinière.
Les cavités formées par les différents tissus sont:
- les ventricules latéraux et la partie supérieure du troisième ventricule sont formés par le télencéphale
- le diencéphale donne naissance à la majeure partie du troisième ventricule
- le mésencéphale donne naissance à l'aqueduc
- le métencéphale et le myélencéphale s'associent pour former le quatrième ventricule
- le tube neural développe le canal de l'épendyme.
Le manque d'espace lors du développement de l'encéphale fait que des courbures se forment:
- la courbure mésencéphalique demeure au cours du développement du cerveau
- la courbure cervicale disparaît au cours du développement.
La croissance des différentes parties se faite en arrière et latéralement: le télencéphale recouvre petit-à-petit le diencéphale et le mésencéphale, jusqu'au niveau du pont du cervelet.
Jusqu'au quatrième et cinquième mois, le paroi des hémisphères cérébraux est lisse; vers le huitième et neuvième mois, elle se plisse de circonvolutions, ce qui augmente la surface du cerveau sans en changer le volume.
Dès la fermeture du tube neural, les cellules se différencient. On distingue deux surfaces qui servent de pôles de croissance: la surface ventriculaire est interne et la surface pie-mérienne externe. Les cellules envoient un prolongement vers chaque surface. Elles s'organisent rapidement en deux couches: la zone ventriculaire est interne et la zone manteau externe. La prolifération suit un mode caractéristique:
1. Une cellule étend une projection vers la surface pie-mérienne
2. Le noyau de la cellule migre vers la surface pie-mérienne, l’ADN est répliqué
3. Le noyau (4N chromosomes) retourne vers la surface ventriculaire
4. La cellule retire son prolongement cytoplasmique
5. La cellule se divise
6. Une des deux cellules formées migre vers le manteau, la seconde recommence son cycle.
Dès la 5ème semaine, on observe trois couches:
- la zone ventriculaire contient les cellules-souches. Les cellules de la glie radiaire s'y développent et envoient de longs prolongements cytoplasmiques vers l'extérieur, ce qui facilite la migration des cellules;
- la zone manteau est la zone dans laquelle les cellules migrent, se différencient et forment des axones. Sa destinée est la matière grise;
- la zone marginale contient les axones en développement. Elle formera la matière blanche.
À la fin de la quatrième semaine, l'organisation est semblable dans la moelle épinière: la zone ventriculaire entoure le canal épendymaire; la zone manteau forme quatre parties, les deux futures cornes dorsales (ou alaires) et les deux futures cornes ventrales (ou fondametales). Les cornes dorsales contiennent les interneurones et les neurones d'association sensitifs; les cornes ventrales contiennent les motoneurones.
Au niveau du cortex, le processus de migration est complexe, puisque c'est la substance grise qui se trouve à l'extérieur. les vagues de migration sont progressives et séquencées: les neuroblastes forment d'abord la sixième couche, qui est la plus interne; chaque nouvelle migration passe ensuite à travers les couches déjà formées, pour se déposer à l'extérieur. Le processus dépend donc d'une signalisation précise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://medecine.naturalforum.net
Nicolas
Étudiant motivé
avatar

Nombre de messages : 132
Localisation : dans ma cellule de moine
Date d'inscription : 10/02/2006

MessageSujet: Re: Notes de cours   Ven 10 Mar à 20:37

La différenciation des cellules du SNC implique deux types de cellules:
neuroépithélium.pdf
Pour se différencier en neurones, le neuroblaste émet plusieurs prolongements cytoplasmiques appelés "neurites"; d'un côté, ils se ramifient et forment les dendrites; de l'autre, il s'allonge et forme l'axone.
La croissance axonale suit un processus compexe. Elle dépend du cône de croissance de l'axone, formés par un cytosquelette très dynamique, des lamellipodes (prolongements plats), qui dévelppoent des filopodes, longs et fins. Les filopodes entrent en contact avec la matrice extra-cellulaire et les cellules, et servent à diriger la croissance du cône.
Si le message indiqué au cône de croissance est une inhibition, il se rétracte avant de changer de direction; si au contraire ce message est positif, l'axone pousse pour entrer en contact avec la cellule, avant, en cas de besoin, de continuer sa croissance.
Au niveau des filopodes sont exprimées des intégrines, qui interagissent avec des récepteurs, comme des laminines, ce qui favorise l'élongation de l'axone.
Les axones s'organisent en faisceaux grâce aux CAMs (Cell Adhesion Molecules) quiu forment des liens entre les axones. On parle de "fasciculation".
Des facteurs solubles servent en outre à guider les axones vers leur cible. Les nétrines sont toujours des attracteurs, tandis que les sémaphorines ont parfois un effet attracteur et parfois un effet répulsif.
Au niveau du système nerveux central, on connaît encore mal le mécanisme de mise en place des axones. On comprend par contre bien la mise en place d'une jonction neuro-musculaire. Le cône de croissance sécrète de l'agrine, qui se lie aux récepteurs à agrine. Cette interaction permet l'agrégation des récepteurs à Acétylcholine sur la fibre musculaire.
Le tissu est remanié pour sélectionner les synapses les plus efficaces: il y a toujours trop de neurones d'entrée par rapport aux neurones cibles, ce qui assure que toutes les connexions soient formées; le nombre de neurones d'entrée est ensuite diminué pour qu'il égale le nombre de neurones cibles. Seuls les neurones possédant une position optimale reçoivent les facteurs trophiques nécessaires à leur survie; les autres disparaissent par apoptose.
Le nombre de synapses se réduit aussi pour éviter une hyperinnervation et des redondances. Ceci permet des mouvements beaucoup plus fins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://medecine.naturalforum.net
hamidlachguer
Étudiant minable


Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 25/09/2012

MessageSujet: formation de l'OS chez l'embryonnaire?   Mar 25 Sep à 20:47

Bonjour
svp j'ai une question un peux idiote mais je veux savoir à quelle moment se forme l'OS et la chaire au niveau embryonnaire humain.
par ce que quelque spécialistes disent que l'OS se forme avant la chaire.
merci d'avance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Notes de cours   

Revenir en haut Aller en bas
 
Notes de cours
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Notes de cours : Droit de l'environnement
» Notes de cours d'anthropologie religieuse
» Utiliser une tablette en cours.
» Les notes de psycho sociale sont sur l'ENT
» LATIN : "Amusez-les, sortez-les, mettez-leur des bonnes notes..."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Médecine :: Archives :: Module 3 (2005-2006) :: Embryologie Humaine-
Sauter vers: